Plusieurs repreneurs possibles pour "L'Union" (source le Monde)

Publié le par CGT Voix du Nord

Le groupe belge Rossel, qui est propriétaire de La Voix du Nord, à Lille, va déposer une offre de reprise du quotidien L'Union, à Reims, propriété de Groupe Hersant Media (GHM). Lesté d'une dette de 200 millions d'euros, le groupe dirigé par Philippe Hersant cherche à vendre ses actifs l'un après l'autre sous la pression de ses banques créancières.

Rossel avait déjà fait une offre de reprise du pôle Champagne-Ardenne de GHM (L'Union, L'Ardennais, L'Aisne nouvelle et L'Est éclair) sous la forme d'une holding commune avec GHM. Mais il y avait renoncé fin juin, devant le refus des syndicats d'approuver le plan de restructuration proposé par le repreneur.

UN EURO SYMBOLIQUE ?

Cette fois, les banques poussent GHM à vendre et Rossel se trouve théoriquement en position de force. Pour le groupe belge, il y a une logique géographique à s'étendre de Lille jusqu'à Troyes. Mais d'autres candidats pourraient se déclarer. Le promoteur immobilier Jean-Pierre Brunois, propriétaire de France Soir de 2006 à 2009, est tenté de se lancer dans l'aventure, mais il hésite encore. Celui-ci est natif des Ardennes et a fait ses études supérieures à Reims, où il a fondé une radio locale en 1983. Il est aujourd'hui président régional du Parti radical valoisien Champagne-Ardenne. Certains lui prêtent des ambitions politiques locales.

Parmi les autres entreprises qui pourraient être intéressées figurent le groupe belge Corelio, qui publie notamment L'Avenir et De Standaard, et enfin le groupe Ebra (Est-Bourgogne-Rhônes-Alpes), propriété du Crédit mutuel. La valorisation du pôle Champagne-Ardenne, qui perd environ 4 millions d'euros par an, est proche de l'euro symbolique. Cependant, selon une source proche du dossier, les repreneurs devraient faire des offres situées entre 10 et 20 millions d'euros.

Xavier Ternisien

Publié dans ROSSEL