Note de la FILPAC concernant le 12 octobre

Publié le par CGT Voix du Nord

Adresse aux salariés

Nous avons comme objectif déclaré de réussir le 12 octobre, de faire vivre ce mouvement unitaire, majoritaire, qui peut plus que jamais amener le gouvernement à retirer son projet de loi destructeur pour nos retraites. 

Des commentateurs en folie nous alertent : « Conflit des retraites, la montée des ultras » (Aujourd’hui en France 7 octobre), « La CGT déraille » (Le Figaro), etc. Sans parler du « spectre » des grèves, quasiment présenté par les grandes chaînes de télé comme une menace terroriste imminente.

La caravane passe… Et nous reparlerons déontologie journalistique Nous n’avons qu’une idée en tête, partagée par toutes les confédérations syndicales et par l’opinion en général : protéger notre système social et solidaire de la mainmise des assurances privées, ce qui est le véritable but de la « réforme » en cours.

Et si certains commentateurs sont en surchauffe, c’est que le mouvement unitaire est en train de monter en gammes : malgré toutes les manœuvres, il continue, enfle, se propage et place le gouvernement devant l’éventuelle survenue d’une crise sociale majeure.

Et si cette situation est envisageable, c’est que le gouvernement a tout cadenassé, tout verrouillé. Ni concertation, ni négociation, ni débat, un passage en force conduit par un parfait honnête homme, Eric Woerth, modèle d’impartialité et d’abnégation au service de l’intérêt général. Les députés, les sénateurs de la majorité sont réduits aux godillots qui marchent au pas.

Voilà pourquoi la situation se radicalise : face au mur d’ignorance et de mépris dressé par l’exécutif et le Parlement, s’est constituée une autre légitimité, celle des manifestants porteurs de l’opinion majoritaire.

Nous tenons à vous affirmer que nous voulons avec vous réussir le 12 octobre, de façon qu’il ne soit pas un ultime baroud d’honneur, mais bien une étape à franchir pour récupérer notre retraite solidaire.

Tout le monde sent bien que le refus de cette pseudo réforme cristallise une grande colère sociale, sur les salaires, l’emploi, la protection sociale, bref sur l’avenir. Et que cet avenir social dépend en partie de notre capacité collective à gagner.

Eh bien ! Rendez-vous dans les manifestations du 12 octobre. Pour ne pas mettre un point final au mot retraite solidaire !

Le 7 octobre 2010

Publié dans Tous collèges

Commenter cet article