Messieurs les patrons de la presse régionale et départementale, vous êtes du mauvais côté de la loi !

Publié le par CGT Voix du Nord

Et maintenant, comment fait-on après la publication au Journal officiel de votre loi sur les retraites, si injuste pour le monde salarié ?

 Même promulguée, notre organisation syndicale la considère comme illégitime. Vous ne nous ferez pas payer deux fois la facture.

Vous ne nous ferez pas supporter des plans sociaux, des suppressions d’emplois, des restructurations, en laissant ensuite nos camarades au bord de la route.Vous avez ignoré la pénibilité dans votre loi. La Filpac-CGT va vous rafraîchir la mémoire et défendre l’idée que des départs anticipés avec remplacements sont nécessaires pour des salariés qui se sont usés au travail au nom de la rentabilité et de la productivité.

 

Notre organisation syndicale n’oubliera pas les salariés partis en PMS, en Déca-PQD, licenciés dans le groupe Centre France au nom d’un Monopoly capitalistique qui s’étend sur l’ensemble des entreprises de presse française. Ces salariés qui ont fait prospérer vos affaires au cours des dernières décennies vont subir de plein fouet les deux années de cotisations supplémentaires que vous avez décidées d’inscrire dans votre loi scélérate.

 

Vous devrez aussi tenir compte de la baisse de pouvoir d’achat consécutive aux augmentations de cotisations que vous avez soutenues. Les salaires en PQR et PQD devront évoluer au rythme de l’inflation mais également au rythme des ponctions salariales supplémentaires que vos alliés gouvernementaux vont mettre en place.

Vous aurez devant vous une organisation syndicale arc-boutée contre votre volonté de vous inscrire dans le nouvel étage de retraite, dite supplémentaire, inclus en catimini dans votre texte de loi. Les financiers, assureurs et banquiers, rôdent déjà autour de cette manne financière. Ils auront sur leur chemin des salariés déterminés à défendre et à renforcer la retraite solidaire.

Vous avez soutenu votre gouvernement dans sa dérive ultra libérale. Prenez rapidement vos responsabilités et surtout assumez les !

Il est grand temps que les dossiers GPEC et politique salariale soient rouverts. La Filpac-CGT est disposée à continuer ces négociations. Elle y défendra l’emploi, les salaires et la protection sociale avec l’ensemble du salariat de la presse régionale et départementale.

Publié dans Tous collèges

Commenter cet article