Lettre aux salariés (Déclaration FILPAC CGT)

Publié le par CGT Voix du Nord

A qui profite la négociation nationale emploi ?

Et si on vous demandait votre avis ?

Tous les jeudis jusqu’à Noël, patronat et syndicats se réunissent. Pour résorber le chômage ? Pour arrêter la machine à licencier qui liquide chaque jour plusieurs centaines d’emploi ? Pour faire reculer la précarité et la peur, répandues dans l’entreprise ? Pas du tout ! C’est sur l’application du programme du Medef que se tient la négociation. Toute la vie quotidienne des salariés risque d’en être bouleversée. Décryptage.

1.Adieu au contrat de travail

Le Medef exige la transformation du contrat à durée indéterminée en « contrat de projet à durée indéterminée ». Une fois le « projet » jugé réalisé par le seul employeur, le licenciement du titulaire de ce contrat serait automatique.

La durée du contrat à durée déterminée serait étendue par accord au sein de la branche professionnelle.

2.Prêt de main d’œuvre déguisé

Une « période de mobilité volontaire sécurisée » permettrait à l’employeur de suggérer au salarié d’aller voir ailleurs un autre poste de travail. Cette période se terminerait soit par une simple démission et un départ ailleurs, soit par un reclassement dans l’entreprise d’origine à « un poste équivalent ». Cela ressemble à de la mobilité forcée et du prêt de main d’œuvre ? C’en est…

3. Forcément mobiles et encore plus licenciables

La gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences s’enrichit d’une « gestion active de l’emploi et des compétences ». Traduction ? L’employé pourrait « changer de poste ou de lieu de travail au sein de la même entreprise », dans un rayon de 50 kilomètres. « Le refus par le salarié de changer de poste ou de lieu de travail » entraîne « un licenciement pour motif personnel »

4.Et l’accord compétitivité-emploi ?

Moyennant un accord avec les « syndicats majoritaires », il permettrait la baisse du salaire, l’augmentation de la durée du travail et la modulation de son organisation pour une période de 2 ans. « En cas de refus du salarié des mesures prévues par l’accord, la rupture de son contrat de travail »… « s’analyse en un licenciement économique dont la cause réelle et sérieuse est attestée par l’accord précité ». Bref, l’accord permet de licencier automatiquement qui n’est pas d’accord.

5.Indemniser encore moins les chômeurs

Le mot pour désigner ça ? Des « droits rechargeables à l’assurance chômage ». En réalité ? Sous couvert d’indemniser  les chômeurs issus de la fin d’un CDD, le patronat revendique une baisse de l’indemnisation générale : « Les droits du demandeur d’emploi seraient calculés en tenant compte de l’ensemble des périodes travaillées, et non plus seulement de sa période la plus favorable financièrement, comme c’est le cas actuellement. »

6.Exclure le recours au tribunal, celui des Prud’hommes notamment

Le Medef n’aime pas les tribunaux, surtout les Prud’hommes. Il appelle ça « insécurité juridique ». Il a donc mis dans son projet d’accord des mesures d’exclusion de tout recours juridique. Il en va ainsi du motif du licenciement, du plan de licenciement collectif, de l’accord compétitivité-emploi, etc. IL va jusqu’à imaginer un barème exclusif d’indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. Ni les tribunaux, ni l’inspection du travail, surtout pas le Code du travail. Rien qui entrave le licenciement.

7.La transformation des syndicats en auxiliaires subalternes

Au nom d’une meilleure information accordée aux délégués au comité d’entreprise, délégués du personnel et au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail, le Medef lance ses filets très loin. En échange d’un strapontin au conseil d’administration et d’une « information plus complète et plus rationnelle » (sic),  il exige des syndicats qu’ils adoptent les lunettes de l’employeur, du patron, de l’actionnaire. A eux de se transformer en auxiliaires subalternes de la gestion libérale. Le salaire et l’emploi passeraient après la rémunération des actionnaires avec l’accord des syndicats de salariés !

Quel « compromis historique » ?

Une reddition globale des syndicats ? Que la CGT ne signe pas, ça va de soi pour la Filpac CGT. Mais cela ne suffit pas. Comment les autres syndicats signeraient-ils sans l’avis des salariés ? Comment pourraient-ils engager le syndicalisme dans cette galère contre l’emploi en respectant leur mission fondamentale, définie par la loi : représenter tous les salariés, actifs et retraités, chômeurs et précaires, jeunes et seniors, hommes et femmes, français comme immigrés? Les tactiques de boutique ne doivent pas l’emporter sur la mission, le mandat qu’ils détiennent des salariés.

Quelle que soit la position des syndicats, tous doivent passer par l’avis impératif des salariés. Sinon, qui représenteraint-ils ?

Ce que nous revendiquons ? Des mesures immédiates pour l’emploi

• Nous voulons une loi qui réduise fortement le droit des patrons à licencier comme ils veulent, quand ils veulent.

• Nous exigeons que dans le partage des richesses créées, l’actionnaire passe après les salariés.

• Nous revendiquons la création d’emplois par l’utilisation du crédit de 20 milliards d’impôts accordée à toutes les directions d’entreprise.

• Que les transactions financières, notamment spéculatives, soient taxées pour financer l’emploi. Que les capitaux de l’évasion fiscale soient récupérés pour être investis dans ce qui est socialement utile : logements, équipements collectifs, centres de soin, etc.

• Les jeunes ont besoin de contrat à durée indéterminée, ces contrats doivent être la loi.

• Nous sommons ceux qui détiennent les leviers de commande politique d’user de leurs pouvoirs considérables en faveur des salariés, à l’inverse de ce qu’ils viennent de faire à Florange pour la sidérurgie.

• Que la majorité politique nous libère du Traité d’austérité européen au lieu de nous livrer au FMI, à la Banque centrale européenne et aux commissaires autoproclamés de l’Union européenne.

Publié dans FILPAC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :