Expression des salariés Voix du Nord suite à la non parution.

Publié le par CGT Voix du Nord

POURQUOI  EN EST-ON ARRIVÉ LA ?

Depuis maintenant plusieurs semaines, la direction veut nous imposer un gel des augmentations indiciaires de nos salaires, mais également une volonté clairement affichée de revenir sur certains accords d’entreprise concernant nos acquis sociaux (ancienneté, congés, garantie maladie, etc…).

Ce dernier mercredi, la direction nous a fait une ultime proposition, selon leurs dires, qui consisterait à revaloriser les bas salaires (125 pers sur 800) par une prime exceptionnelle de 400€ brut (possibilité de l’étendre à tout le personnel selon les résultats de l’entreprise).

Ce vendredi, dès le matin, des salariés de jour comme de nuit, du pré-médias, des services techniques, des rotativistes, des achats et du magasin général ont démarré une action sur la base d’une revendication commune :


1. Un abandon complet de la volonté de remettre en cause les accords d’entreprise

2. Une prime pour clore l’exercice 2011

3. Une augmentation indiciaire  de 1.5% pour l’année 2012


En fin d’après-midi, des représentants des syndicats Force Ouvrière et Métropole Nord CGT ont été reçus par la direction générale. Une proposition de rencontre ce lundi, pour discuter, a été avancé, mais toujours sur les mêmes bases de discussions (modération salariale et remise en cause des accords d’entreprise).


A l’arrivée des équipes de nuit des services expéditions, rotativistes, maintenance, pré-médias, la décision par l’ensemble des salariés a été prise de ne reprendre le travail uniquement que si de réelles avancées étaient actées. Ce que les représentants du personnel ont rapporté à la direction.


Une nouvelle proposition nous est alors parvenue vers 21h30, celle-ci n’étant pas suffisante, car elle ne comportait aucun engagement de la direction.


Nous reprenons donc contact avec M. Bonieux qui nous signifia qu’il n’avait pas mandat, mais nous invita à contacter M. Hardoin. Vers 23h, nous tentions une ultime approche auprès de M. Hardoin afin de sortir d’une situation qui ne nous semblait pas insurmontable ; d’autant que tous les salariés étaient sur place et prêts à reprendre le travail en cas d’avancée significative. M. Hardoin perdit malheureusement son sang-froid, et nous signifia alors que nous n’aurions rien du tout !!!


La décision fut alors prise de ne pas reprendre le travail, puisque la direction ne voulait pas être ouverte de façon claire sur de possibles avancées.


Nous attendons donc maintenant les propositions de la direction générale, ce lundi 25 juin, pour décider des suites à donner à l’action, quand les AG se seront exprimées.

 

Le 23 juin 2012, les salariés grévistes

 

Communiqué: Pourquoi en est on arrivé là

Publié dans VDN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :