En attendant Jeudi (communiqué intersyndicale Voix du Nord SNJ;SNJ-CGT;Métropole Nord CGT)

Publié le par CGT Voix du Nord

La proposition de la direction au sortir de la réunion de négociations sur les salaires, mercredi dernier, consistait à octroyer une prime de 400 euros bruts aux 125 plus bas salaires de l’entreprise ; prime payable au 1er août. Et qui aurait pu être versée à tous les autres salariés en février 2013 si les résultats de l’entreprise en 2012 étaient conformes au budget. Le rendez-vous salarial de mercredi dernier devait être, normalement, le quatrième et dernier de l’année. C’est en tout cas ainsi que la direction nous l’avait présenté à l’issue des discussions de cet après-midi-là, nous précisant très clairement que seuls les 400 euros de prime seraient accordés en terme de pouvoir d’achat pour 2012, sans aucune possibilité de revoyure.

Une grève et une non-parution plus loin, nous avons eu le droit à une cinquième réunion sur les salaires aujourd’hui. Propositions de ce jour de la direction, après consultation des actionnaires : 0,5 % d’augmentation indiciaire pour tous les salariés en 2012, en 2013 et en 2014 ; pour ces trois années également, une prime de 300 euros pour les 125 plus bas salaires (la première étant payée au 1er août), étendue au reste du personnel si les résultats économiques sont au rendez-vous.

Revendications aujourd’hui de nos organisations syndicales : 1 % d’augmentation indiciaire en 2012 pour tous les salariés, payable à fin septembre ; acceptation de l’octroi de la prime de 300 euros. Pour les politiques salariales de 2013 et 2014, il sera toujours temps d’en discuter… en 2013 et en 2014.

La direction doit nous donner sa réponse au plus tard jeudi, jour d’une réunion du conseil d’administration, où les deux principaux actionnaires (Rossel et Crédit Agricole) seront présents.

Par ailleurs, il n’est évidemment pas question pour nos trois organisations syndicales d’entamer le moindre début de discussion sur une remise en cause de nombre d’acquis tels que l’ancienneté, les congés, la garantie maladie, etc.

Nous ne vous cacherons pas que cette ultime réunion ne s’est pas passée dans une ambiance des plus chaleureuses. La direction générale est restée arc-boutée sur une interprétation fallacieuse de la grève de vendredi, fustigeant une organisation syndicale (alors que nous étions, sommes et restons en intersyndicale et que, surtout, vendredi, les grévistes étaient des salariés Filpac CGT, FO et d’autres non syndiqués), multipliant les procès d’intention, nous mettant sur le dos la responsabilité du désarroi des équipes, des colporteurs et des lecteurs (alors que la direction était à même d’informer les équipes et les colporteurs !)… Tout ça pendant que le directeur de la rédaction resserrait les boulons des locales et des services à coup de conférences téléphoniques ! Heureusement que les organisations syndicales savent garder leur calme et la raison…

Publié dans VDN