De battre le cœur de la CGT s’est-il arrêté ?

Publié le par CGT Voix du Nord

De battre le cœur de la CGT s’est-il arrêté ?

Les rendez-vous des salariés et de la CGT réelle cette semaine ?

 

10 décembre : seuils sociaux, avant-dernière séance. La position de la CGT sera-t-elle défendue contre un patronat qui veut remplacer les délégués par un « conseil d’entreprise » dirigé par lui ? Les négociateurs CGT oseront-ils présenter de nouveau leur position lâchant le seuil de 11 salariés contre rien ? Ou bien les orientations votées par les syndicats seront-elles défendues ? Il y va du sort de milliers de délégués élus, ceux de la  Filpac CGT et tous les autres… Le gouvernement est à dégainer son projet de loi après le 19 décembre.

 

10 décembre : projet de loi Macron au conseil des ministres. Cette machine infernale, évolutive, est destructrice comme une bombe à fragmentation  antisociale.

Prud’hommes : Macron veut les dynamiter en plus des ordonnances d’un gouvernement qui veut détruire les élections des conseillers. Macron les bâillonne et les surbordonne par sa loi.

Inspection du Travail : Macron lui retire une bonne partie de ce qui lui restait de prérogatives en autorisant son gouvernement à légiférer par ordonnances.

Travail le dimanche : Macron veut retirer tout ce qui déclenche un salaire correspondant pour le banaliser et le sous-payer.

La CGT réelle défend les élections aux suffrages des salariés des élus et mandatés, des conseillers Prud’hommes, comme elle se bat pour l’existence de ces tribunaux.

La Filpac CGT, comme son CEN l’a décidé avec tous ses syndicats, mènera campagne pour la défense des délégués élus, du droit syndical dans l’entreprise. Ses militants répandront en actes la Solidarité fondatrice du syndicalisme, défendant l’intérêt général autour des luttes de Arjowiggins et UPM Chapelle Darblay et tant d’autre…

 

Publié dans 7 jours