Rossel propose la suppression de 70% des services techniques (communiqué CSTN CGT)

Publié le par CGT Voix du Nord

NICE MATIN : FAVORABLE POUR QUI ET POURQUOI ? 

On y est, la date du jugement se rapprochant à grande vitesse, chacun commence à annoncer la couleur de ses intentions et de ses préférences.

Cela a débuté par le C.E du jeudi 18 septembre 2014, et confirmé dans la réunion sur le P.S.E le même jour l’après midi avec les administrateurs judiciaires.

Oui, certains dans ces réunions ce sont déclarés contre le projet de GHOSN Capital et contre celui de Xavier ELLIE en s’appuyant sur la fragilité de la partie financière des dossiers, pour ce dire plus favorable à celui de l’association ROSSEL.GEMM.FIMAS, ainsi que celui de LA PROVENCE.

En effet, la fragilité financière de certaines offres est à ce jour toujours d’actualité (Partie du dossier pour laquelle nous n’avons presque aucune marge de manœuvre). Pour autant, de toute évidence le tribunal statuera aussi à la date de l’audience du 13 octobre sur la partie financière, comme sur la partie sociale et industrielle pour valider l’offre retenue. Par contre, il semblerait quand même que nous ayons plus de l’attitude à faire augmenter le nombre de contrats de travail repris dans l’entreprise. Encore faut-il être présent aux réunions d’échange, et surtout d’y participer afin d’essayer d’atténuer ce massacre.

Car oui, si non se sera bel et bien un dramatique résultat. A moins que certaines catégories ont déjà obtenues des garanties. Pour exemple, avant de fusionner les 2 sites d’impression, l’offre de « LA PROVENCE » annonce vouloir faire exploser les effectifs techniques de plus de 60%, avec aussi une grosse volonté de fusions/mutualisations dans les autres secteurs. Pire, l’offre de « ROSSEL » annonce une perte de 70% des effectifs techniques avec la disparition total du « Prépresse », des mécaniciens et autre, avec ensuite de grands dégâts dans les autres branches.

Mais une belle présentation financière devrait-elle nous rassurer ? Pourtant, Lagardère solide financièrement, nous a tranquillement vidé les caisses sans rien injecter dans la S.A.P.O. Pourtant, Hersant qui possédait une belle vitrine financière, a continué de nous entraîner dans cette spirale infernale nous amenant jusqu’au redressement judiciaire sans injecter le moindre euro !

Le temps nous est malheureusement compté, TAPIE qui quitte la S.C.I.C, LA PROVENCE qui se découvre en nouveau repreneur, CLEPSYDRE qui se retire et cherche éventuellement à s’associer, ROSSEL qui souhaite passer l’imprimerie en filiale, tout s’accélère.

Il est temps que chacun prenne ses responsabilités afin de faire évoluer les offres sans se substituer au tribunal.

Le bureau le : 22/09/2014

Publié dans ROSSEL